Ma vie sans l'Évangile

J'adore écouter et lire des témoignages de conversion parce que je trouve toujours émouvant et impressionnant à quel point le Christ va chercher des gens loin de Dieu, à quel point son sang couvre les péchés, du plus quotidien au plus objectivement immoral et à quel point les croyants expérimentent des changements véritables dans leur nouvelle vie.


Mon histoire personnelle n'est ni exceptionnelle, ni banale... mais je n'ai pas encore le courage de l'écrire de manière captivante et cohérente.


Je vais donc en partager des bribes, en toute humilité, simplement pour rendre témoignage de l'oeuvre extraordinaire du Seigneur.


J'ai grandi dans une famille catholique non-pratiquante et j'ai été baptisée par tradition, quoique un peu plus tard que la plupart des bébés catholiques. Mon père a été élevé dans une famille plus pieuse que ma mère et cette dernière a exploré toute sorte de chose du côté de ce qu'on pourrait qualifier de "new age". J'ai reçu une éducation catholique à l'école primaire et j'ai fait mes sacrements jusqu'à la confirmation. J'ai même servi la messe quelques fois à 10 ou 11 ans et j'aimais bien prier Jésus en secret. Mais je me souviens que j'étais septique sur quelques éléments de la profession de foi catholique, notamment la création "du ciel et de la terre" et la "résurrection de la chair". J'avais de la difficulté à concilier cela avec les croyances dans lesquelles je baignais à la maison, des croyances comme la réincarnation, les vies antérieures, l'horoscope, la numérologie, les anges...


J'avais une grande curiosité intellectuelle en général et en arrivant au secondaire, je voulais élargir mes horizons philosophiques alors j'ai pris les cours de morale au lieu des cours de religion. Ayant de la difficulté avec l'intégration sociale, je passais mes heures du midi à la bibliothèque à fouiner pour assouvir mes grands questionnements existentiels. Je me souviens avoir lu toutes sortes de théories extravagantes sur les pyramides d'Égypte, la cité perdue d'Atlantis et ce genre de "mystère". Parallèlement, j'avais déjà un intérêt pour le politique - le vivre ensemble - et comme il n'y avait pas de conseil étudiant, je me suis mise à m'impliquer dans ce qui s'en approchait le plus et c'était le club de pastorale! C'était nous qui organisions les fêtes à l'école et on avait même reçu une petite formation d'écoute active pour être des "pairs aidants" dans notre milieu. J'adorais cela et pourtant, je ne priais plus dutout et je doutais désormais plus que jamais de la véracité de l'histoire racontée par la religion.


À la fin des deux années passées à cette école, l'animateur de vie spirituelle nous avait organisé une petite fête pour souligner notre départ vers le cycle suivant et il avait remis à chacun un laminé représentant une vertu, un don, une qualité à développer. Comme un cadeau avec lequel il voulait nous bénir pour qu'on le chérisse dans les épreuves de l'adolescence qui nous attendait. Moi j'ai reçu un laminé sur lequel il était écrit: "L'Évangile"


J'étais déçue. Je ne comprenais pas. Et ça m'aura pris 25 ans à réaliser à quel point j'en avais besoin!



54 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout